mars 09, 2009

Le ticket perdant

Ce matin en donnant mon ticket de loto au buraliste pour savoir si j’avais ou non gagné 10, 100, 1000, 100 000 euros !, je me suis surprise à croiser les doigts en pensant « Et si je gagne ? Je fais quoi ? j’écris mon livre ? Oui ! Mais je ne change rien ! ».
Alors bravo, je n’ai rien gagné, mais franchement, si c’est pour ne rien changer, je ne vois pas l’intérêt. J’aurais au moins pu me dire qu’un peu d’argent me permettrait de prendre une demie journée par semaine pour écrire, même si mon boss est réticent à la plus petite idée de congés, - nous n’avons pas de RTT par exemple -, ou que cela nous permettrait de voyager, ou de revenir à Paris. Ah Paris ! En me baladant dans le 3e hier, j’ai été assailli de bouffées de nostalgie, d’envie, je me suis surprise à caresser l’idée de revenir habiter là, et à me demander pourquoi, finalement, pourquoi nous en étions partis.
À mon initiative.
Je ne suis pas à une contradiction près.
Nous sommes propriétaires, la belle affaire.
Mais je vais me donner deux minutes pour vraiment peser le pour et le contre de la vie dans la pampa, et voir si, les beaux jours arrivant, nous ne sommes pas mieux, finalement, là...
je vais rejouer au Loto, mais ce ticket perdant m’a quand même ouvert les yeux sur le fait que je n’étais pas ouverte au changement. En ce moment, ce n’est pas toujours le cas, thanks God ! Et je parle de grand changement, pas juste de changer de marque de yaourt, il n’y a guère qu’à la Ricoré que je sois fidèle, personne n’est parfait.
Non, c’est cette idée que les choses sont immuables qui m’a quittée ce matin. D’avoir compris cela m’allège considérablement.
J’ai besoin de stabilité, c’est un fait. Mais peut-être que je ne suis pas faite pour l’immuable. Pas autant que ce que je pensais en tous cas. ça fait un bien fou ce genre d'idées !
Et cela conjugué au soleil qui se lâche, ça me donne des ailes !!!
Alors une très bonne semaine s’offre à nous les amis, avec des prémisses de changement, des envies d’ailleurs et des idées nouvelles !

7 commentaires:

  1. Pas besoin de gagner au Loto pour investir dans un bon dictionnaire: stabilité n'est PAS synonyme d'encroûtement!
    Huhuhu!
    ;oD
    pour toute activité créative un cadre est indispensable. Un cadre aide à se dépasser, à trouver des moyens d'en faire plus en moins de temps par exemple, de faire mieux, aide aussi à ne pas se noyer dans le perfectionnisme.
    La création, c'est comme pour les enfants: pour que ça pousse droit on a besoin de jalons, de limites... ça ne prive pas de liberté, au contraire ça pousse à se construire la sienne propre. Comme par exemple se donner le droit de faire des erreurs de jugement, de changer d'avis... se donner le droit aussi de ne pas tout faire de front.

    biz

    RépondreSupprimer
  2. la trollette : ah non, on est bien d'accord ! La stabilité n'est pas l'encroûtement, mais il arrive parfois que trop de stabilité fige un peu les idées. En tous cas, c'est ce qui m'est arrivé et ce dont je me suis aperçue ce matin.
    Ne pas tout faire de front, j'opine benoîtement. Mais en pratique, comment faire taire cette soif de tout faire avancer parallèlement ? Comment concilier mon besoin d'écrire et ma vie pro/de couple/de mère ? Parce que ce sont mes parallèles à moi, et que je sens bien que mon équilibre passe par là. Par ces 4 là.

    RépondreSupprimer
  3. Trouver l'équilibre : mon combat quotidien. Alors que je contemple la possibilité d'acheter notre appart, je me mets à rever d' une maison, d' un jardin, d'une table pour écrire. Je veux avancer sans bouger, changer en ne changeant rien. Je suis comme toi, je cherche. Si je gagnais au Lotto, je ne changerais pas grand chose non plus finalement, juste la maniere dont j'occupe mes journées

    RépondreSupprimer
  4. fashion8:42 AM

    Finalement, perdre, c'est bien aussi. :))

    RépondreSupprimer
  5. Miss Zen: et moi je ne sais pas si je serais capable d'arrêter de travailler... Si, en réfléchissant une minute, je sais que si, que ça ne serait pas possible autrement.
    Mais à force de tourner les choses dans ma tête, de pousser, tirer, souffler, et de ne pas voir d'amélioration ni de temps se dégager pour l'écriture, je désespère.

    Fasion : j'aime les revirements de situation !!! ;o)

    RépondreSupprimer
  6. Tsss... Quitter Paris. Quelle idée !! Ca ne m'a jamais effleuré.

    RépondreSupprimer
  7. LVE : pour de vrai ?
    ça, en revanche, ça m'intrigue, parce que même si j'adore Paris, je la trouve parfois insupportable !

    RépondreSupprimer