août 24, 2010

Puisqu'il faut revenir


Puisqu'il faut revenir, me voici
le ressac m'a ramenée sur le sable
les bagages pleins d'idées et surtout pleins de souffle
de ce souffle qui nettoie et qui secoue
réveillée par la mer glacée de mon île
ragaillardie
j'ai eu quelques révélations dans mon hamac, où j'entendais les papillons battre des ailes
quelques sursauts dans l'eau à 16 et quelques frissons aussi
Et puis j'ai compris le lâcher prise et ça... j'avoue que c'était la révélation des vacances
un vrai chambardement mais en douceur, semblable à la fin de la vague qui gomme doucement les traces laissées sur le sable humide dans un crépitement de bulles et laisse une surface parfaitement vierge

voilà, je me sens comme la plage à cet instant précis
toute neuve


Et vous, ce mois d'août ?



3 commentaires:

  1. Le train-train. Une salade pour déjeuner devant l'ordi à la recherche de l'info qui tue. Ou qui pourrait... Soupir(s).

    RépondreSupprimer
  2. Ce billet est un bijou, tes mots sont precieux !

    RépondreSupprimer
  3. LVE : L'info qui tue, mazette, tu as de grandes visées !

    Miss Zen : ce petit mot ne pouvait pas tomber plus à pic dans mon questionnement sur l'écriture...
    Tu me touches
    merci

    RépondreSupprimer