septembre 04, 2007

le temps, le temps...

Je ne sais pas vous, mais moi, ça fait deux jours que je me tape du rangement : placards, papiers, et je suis loin d'avoir terminé : entre le déménagement, mon arrêt (qui ne me permettait pas de ranger vraiment puisqu’il suffisait que je lève un bras pour avoir une contraction), et les vacances, c'est toute la maison qu'il faut réorganiser.
En même temps je sens bien que je suis en train de me préparer à reprendre une vie active : m'organiser au mieux pour ne pas galérer le matin avec les deux enfants, pour ne pas perdre du temps à cuisiner le soir tout en mangeant correctement etc.
Et je profite à fond de pouvoir à nouveau bouger, sortir, conduire : j'ai une envie débordante d'une vie plus pleine, de rencontres, d’épanouissement, et une soif grandissante d'indépendance.
Le fait d'avoir deux enfants n'y est pas étranger, c'est évident.
Mais c'est aussi la prise de conscience de l'approche à grands pas des 40 ans (oui, j'ai le temps, mais... ) Cet été je me suis surprise à tressaillir dans un demi-sommeil, en pensant que j'aurai 40 ans dans presque 6 ans. Et c’est toujours pareil quand on envisage les choses avec ce recul-là, on a du mal à y croire.
Et l'écriture dans tout cela ?
J'attends d'avoir le temps.
Et plus j'attends, plus je perds la foi en ce que j'écris. En la valeur de mes idées et de mon style.
Je me dissimule derrière une foule d'arguments plus spécieux les uns que les autres, car je sais que j'ai rendez-vous avec une certaines facette de moi qui m'effraie sûrement un peu.
Et puis je suis tellement exigeante et intransigeante que créer quelque chose me renvoie à une nécessité de tolérance vis-à-vis de moi-même à laquelle je suis étrangère.
Exercice : s'astreindre à écrire chaque jour 3/4 d'heure minimum sans se poser de question sur la qualité de la production.
C'est parti.

5 commentaires:

  1. oulala ma petit May faut pas se prendre la tête comme ça...40 ans c'est rien j'en suis sur (je crois même que c'est une deuxième vie) et avec deux enfantspetits c'est normal d'être déborder!!! allez respire un grand coup et nous on est là !!!;o)

    RépondreSupprimer
  2. ça me paraît un bon exercice... (et moi aussi je vais avoir 40 ans, un jour, bouhouhou, les filles on se croirait dans "Quand Harry rencontre Sally":))

    RépondreSupprimer
  3. > lamousmé : ce n'est pas à proprement parler de la prise de tête, mais il est vrai qu'après la naissance, les vacances, la rentrée, la prochaine étape c'est la reprise du boulot et... je suis contente de retravailler, mais pas vraiment du travail en lui-même.
    Et puis ce projet d'écriture me tient à coeur, mais on se coure après lui et moi...

    > fashion : oui, à moi aussi cela me semble bien... souci de volonté ou de temps ? Je n'ai pas encore réussi à m'y tenir. Honte sur moi.
    Quand harry... mon film chéri...

    RépondreSupprimer
  4. bon vous avez gagné je pleure... parce moi je les ai les... bref passons !!! Je ne crois pas que ce soit une question d'âge de toute façon... on coure toujours après le temps, et ce qu'on repousse toujours à demain pour toute sorte de bonnes raisons : est-ce vraimetn le temps qui nous empêche de nous y consacrer ou toute sorte d'autres choses, la culpabilité par exemple : ma maman à moi a une phrase qui me retourne encore les sangs quand je l'entends : "faut bien faire ce qu'il y a à faire", ce qui voulait dire pour elle que la maison, le ménage, le lavage etc devaient être intégralement nickel avant qu'elle pense à peut être pouvoir faire quelquechose pour elle-même, ce qui ne se produisait jamais ! brrrr... elle a fait des progrès depuis mais elle est à la retraite !

    RépondreSupprimer
  5. > yueyin : puisque tu les as, tu dois donc être en mesure de confirmer ou infirmer la perception de lamousmé (du moins à ton niveau) ? ;o))
    En tous cas, tu ne les fais pas ! ;o)))bis
    Tu as raison, l'exemple de ta maman est parlant, et au moins, je dois avouer qu'en cette rentrée j'ai réussi à cesser de repousser.
    Maintenant je fais les choses là, tout de suite, ou au moins très vite, et c'est le bonheur !

    RépondreSupprimer