février 07, 2007

Sweet home, Alabama

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

(Nell) Harper Lee - 1960




Voilà une jolie rencontre avec l'Amérique sudiste des années de la Dépression, un beau livre, prix Pulitzer en 1961, qui eut un franc succès en Amérique où il est une référence littéraire.
L'intrigue est racontée par la jeune Scout, petite fille qui vit avec son grand frère Jem, et son père, Atticus, avocat, personnage droit qui élève seul ses deux enfants. J'ai tout particulièrement apprécié les valeurs qu'il tâche de leur transmettre, même si certains lecteurs critiquèrent le manque de crédibilité du ton de la narratrice, du fait de son âge. Oui, cet homme vit dans un monde idéalisé, mais c'est certainement ce qui lui permet de sauvegarder cet esprit libre et puis après ?

Au milieu des trois années qui rythment le livre, au milieu des jeux d'enfants de Scout et Jem et de la découverte de l'école par Scout, Atticus est commis d'office. Il est chargé de défendre un Noir menacé de la peine de mort pour avoir violé une Blanche. Ce procès est bien sûr l'occasion d'aborder les questions du racisme, des préjugés et les conditions de vie des Noirs dans le sud de l'époque. Il est également l'occasion pour Scout et Jem de découvrir le monde de la justice.
Atticus sera décrié alors même qu'il n'a pas fait le choix de défendre cet homme. Scout apprendra à ne pas se battre pour défendre son père et sa famille, et à grandir sans nécessairement devenir la "dame" que voudrait sa tante, elle apprendra aussi à connaître les gens au-delà de l'image que tout le monde a d'eux.
Bref, ce roman est doux, agréable, il fait du bien.
La voix de Scout est rafraîchissante sans être mièvre et l'atmosphère du sud donne envie d'aller faire une virée en Alabama !

8 commentaires:

  1. Bonjour ! Et bien c'est avec cette chronique que je découvre ton blog... Je ne connaissais pas ce livre aussi je le note dans ma liste d'attente... Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  2. Merci killroy, et bienvenue !
    Je ne peux que t'encourager à découvrir l'oeuvre unique de cette écrivain sensible.

    RépondreSupprimer
  3. Décidément nous avons beaucoup de goûts en commun ! J'adore ce roman et j'aime aussi beaucoup le film qui en est adapté. C'est vraiment très beau, et le film me fait aussi penser à "la Nuit du chasseur" de Charles Laughton, un autre film cher à mon cœur. Merci May, et je suis heureuse de te voir de retour ici :)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Gaëlle
    En effet, cela ne me surprend guère que tu aies aimé ce livre également.
    Alors tu devrais me voir et me revoir car je vais avoir plein de temps à occuper, donc je courre mes blogs préférés pour collecter les titres de livres à dévorer, films à voir et recettes à découvrir afin de passer agréablement le temps.
    Sans oublier d'écrire, bien sûr.
    j'ajoute "La nuit du chasseur" à ma liste !
    à très bientôt Gaëlle

    RépondreSupprimer
  5. Coucou May !
    Ma tante vient de me prêter ce roman et à te lire je ne vais sûrement pas être déçue !!!
    Très jolie blog !
    A bientôt et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Florinette,
    C'est drôle les rencontres avec certains livres c'est comme ça : on en a jamais entendu parler, ou on y a jamais prété une oreille vraiment attentive, et d'un seul coup, on entend plus parler que de cela !

    Bienvenue içi, ravie que mon blog te plaise (même si il est loin d'être sophistiqué) ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai lu, mais alors je ne m'en souviens plus du tout...

    Et hop, encore un titre sur ma liste de relectures !

    (bientôt y en aura plus que des premières lectures)

    RépondreSupprimer
  8. Salut thom
    hé bien ! Plusieurs conclusions s'imposent à moi,
    - soit tu as beaucoup lu (car tu es très vieux) mais ta mémoire te fait défaut,
    - soit tu lis beaucoup et vite, et tu ne gardes en mémoire que le meilleur du meilleur, tri sélectif, ça s'appelle.
    Sans blague, je peux te poser une question ? Comment fais-tu pour lire autant ? Car même en ayant du temps, plein de temps, c'est mon cas en ce moment, je n'arrive pas à plus de quoi... trois, quatre cinq livres par mois...
    Même pas tous bons, en plus...

    RépondreSupprimer