décembre 19, 2007

Et vous Noël, ça vous dit quoi ?

À l’approche des fêtes, finalement, outre le froid glacial et le givre du matin, les magasins pleins à craquer et surchauffés, le chocolat, les bulles et le foie gras omniprésents, la chasse aux cadeaux insensée et l’énergie que chacun déploie pour « faire ce qu’il faut » en oubliant en route ce que signifie « faire un cadeau », finalement, que reste-t-il ?
Des montagnes de paquets cadeaux à faire, des centaines de kilomètres pour voir tout le monde alors qu’objectivement chacun sait qu’il ne verra véritablement personne, entre la fatigue du road show de Noël et l’accumulation des coupes de champagne, rares sont les moments privilégiés où nous nous retrouvons en petit comité autour d’un feu, délivrés des corvées de cadeaux et de bouffes.
Dit comme ça on pourrait croire que je n’aime pas Noël. Ce n’est pas vrai, au contraire, j’adore Noël. Même si on ne m’a pas laissé croire à l’existence du père Noël, manifestement ce n’est pas indispensable ! Malgré ce moment assez magique, et passé le réveillon, j’ai régulièrement la gueule de bois, une nouvelle année commence, et pour moi qui suis née un 2 janvier, elle commence avec un an de plus, mais depuis quelques années ce n’est pas bien grave.
Alors j’essaie de me motiver, de voir le côté agréable et réjouissant de la fin décembre, le mieux je crois, c’est que les jours vont commencer à rallonger, c’est terriblement important pour quelqu’un comme moi dont l’énergie et le moral diminuent avec la tombée du jour. Et puis tout cela nous emmène vers le printemps, ma saison préférée. En bref, vivement 2008 !
Au fait, vous prenez de bonnes résolutions, vous ?

6 commentaires:

  1. La Trollette7:56 PM

    Ouh ben en ce qui me concerne, vivement le 2 Janvier!
    Je ne savais pas que c'était ton anniversaire mais si en plus y a à célébrer, encore plus vivement le 2 Janvier!
    ^_^*
    Décembre me fout par terre. Quand je travaillais au Printemps Haussmann, j'avais une bonne raison d'être sur les genoux: c'est exténuant cette période quand on est employé dans un magasin.
    Mais je me rends compte que plus ça va, plus la période des Fêtes me gonfle prodigieusement, me tiraille dans tous les sens entre culpabilité et envie d'hiberner en attendant que ça passe... mes contradictions internes m'épuisent...
    Non vraiment, vivement le 2 janvier!
    ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Ca me dit quoi ? Euh...alors en temps normal, ça me dit ça :

    http://legolb.over-blog.com/article-5002295.html

    Mais cette année ça me dit...euh, je peux en parler, sinon je nique ma chronique du 24.

    Bises.

    RépondreSupprimer
  3. http://www.leslecturesdeflorinette.com10:00 AM

    Je n'aime pas trop ces fêtes, ce que j'aime dans Noël, c'est plus le côté magique, les décorations, la sérénité qui s'en dégage, voir les enfants émerveillés devant toutes ces lumières qui scintillent...Et puis après tout s'efface et c'est reparti pour une nouvelle année où aucune résolution ne sera prise puisque de toute façon je n'arrive jamais à les tenir !! ;-))

    RépondreSupprimer
  4. fashion victim10:33 AM

    J'adore Noël parce qu'on se retrouve autour du chapon et de la bûche, ce qui est une occasion supplémentaire de manger la délexquisavouricieuse cuisine de ma mère... :))) Et comme ma famille est tout près de moi, je ne me farcis pas des km, c'est aussi bien! J'aime les regards des enfants le matin devant le sapin, les décos partout, le froid, les préparatifs chuchotés, la recherche du cadeau qui va plaire, le rituel des cartes de voeux, les confiseries envoyées aux copines, les gâteaux de l'avent de ma soeur et... tiens, je vais peut-être en faire un billet! :)))

    RépondreSupprimer
  5. > La Trolette, je crois que tu as bien résumé ce que je sens dans l'air : un parfum d'épuisement et de lassitude, un souhait général : retrouver sa couette et se requinquer avant de se lancer dans 2008 !
    Je crois que pour ma part je vais instaurer une obligation de rester couchés une journée entière... le 1er par exemple !

    > thom : quel suspens, tu nous tiens, hein ! je ne me reconnais dans aucune des catégories dont tu parles dans ta chronique !!! je suis définitivement une middle-girl ;o)

    > florinette : oui, moi ce que j'aime c'est l'odeur des clémentines et des aiguilles de sapin, les feux de bois et le foie gras, mais je déteste les lendemains de fête et j'ai beaucoup de mal à faire la bascule avec l'année d'après...

    > fashion tu as raison, les secrets et les surprises, les moments précieux mais souvent trop rares où l'on se rapproche, les petites intentions et la joie des enfants, de toutes façons, ça, c'est magique !

    RépondreSupprimer
  6. Plaisir des cadeaux à faire et à recevoir, plaisir d'une belle table.
    mais que de tracas, trouver les cadeaux, inviter untel sans vexer untel...
    Le côté fête obligatoire m'a toujours emm...

    RépondreSupprimer