avril 24, 2007

les livres et moi

A la suite de Moune, je réponds au questionnaire sur les livres qui m'ont marquée, et les autres :

Les 4 livres de mon enfance :

Max et les Maximonstres - Maurice Sendak
Parution : 1973

Max est puni dans sa chambre, heureusement il rejoint une île où des monstres le désignent immédiatement comme roi. Beaucoup de souvenirs.

Treize à la douzaine - Ernestine et Frank Gilbreth
Parution : 1950

Une famille de 12 enfants rouquins, un père obsédé du rendement qui passe son temps à rentabiliser les moindres actions, le chronomètre en main, et à imaginer des modes d'instructions divers et variés. Beaucoup d'humour, plein d'idées farfelues (peindre les constellations au plafond de la maison de campagne pour permettre aux enfants de les mémoriser, leur passer des disques la nuit pour l'apprentissage d'une langue, j'en passe des tonnes.) Et puis la vie en famille nombreuses, parfois un vrai fantasme chez moi !

Christine Et Moi - Astrid Lindgren
Parution : 1963
Des soeurs jumelles suédoises partent avec leurs parents vivre à la campagne. Souvenirs de fleurs coupées, d'odeurs de foin et d'une liberté toute estivale.

Et bien sûr :
Le petit prince - A. de St Exupéry
Parution : 1943


Je me rends compte que tous ces livres ne sont pas de la première jeunesse !


Les 4 livres de mon adolescence :


Bonjour tristesse - F. Sagan
Parution : 1953

Alors là, j'étais à donf ! Moi, à l'époque j'étais amoureuse d'un Cyril (moins insipide que celui de Cécile, heureusement), et je m'y croyais ! J'ai dû le lire un nombre incalculable de fois !

La fée carabine - D. Pennac
Parution : 1987

L'ouvrage de ma rencontre avec l'univers de Pennac.
C'est par lui que j'ai commencé la série.

Le rouge et le noir - Stendhal

Mémoires d'une jeune fille rangée - S. de Beauvoir (1958)

Deux classiques trouvés dans la bibliothèque parentale, poussièreux à souhait.


Les 4 écrivains que je lirai et relirai encore :

Deux hommes deux femmes, parité parfaite. Bien que... j'ai longuement hésité entre Irving et Isabel Allende, qui ont tout deux un imaginaire très différent.

Jane Austen : je ne me lasserai jamais de son style et de son univers. Il m'apaise et m'adoucit (c'est précieux !)
Gabriel Garcia Marquez : je suis arrivée au pays de la littérature sud américaine par lui, et je pense qu'il restera ma référence en la matière.
Kressman Taylor : pour son écriture. Un vrai coup de foudre (surtout dans ses nouvelles)
John Irving : pour le côté barré de ses romans


Les 4 prochains livres de ma liste à lire :


A marche forcée : A pied du Cercle polaire à l'Himalaya (1941-1942) - Slavomir Rawicz



Thérèse Desqueyroux - F. Mauriac (1950)


Le choix de Sophie - William Styron (1989)


Les cerfs-volants de Kaboul - Khaled Hosseini (2006)



Les 4 auteurs que je n'achèterai ou n'emprunterai plus :

les quatre éliminés sont :

Alessandro Baricco : j'ai lu Soie, Les châteaux de la colère, City (inachevé). Je n'y arrive pas, je ne le suis pas dans ses digressions. J'ai le souvenir de patchworks indigestes.

Paulo Coelho : j'ai lu L'Alchimiste, parce qu'on me l'a offert. Et Véronika décide de mourir, parce qu'on me l'a offert. je dois avoir une tête à lire Paulo Cohelo qui pour moi fait de la pseudo psycho à bon marché. Je n'adhère pas du tout du tout.

David Lodge : je m'ennuie. C'est ça d'avoir une réputiation d'auteur "drôle" (voir "hilarant" pour certains magazines féminins), on s'attend à rire. Après, lui et moi n'avons peut-être pas le même sens de l'humour.

Amélie Nothomb : toujours pareil. un style discutable, et un vocabulaire à coller des complexes au 2/3 de la population française, sauf qu'il est tellement présent, ce vocabulaire érudit, qu'il fait un peu trop m'as-tu vu. Je suis méchante ?


Les 4 livres que j'emporterai sur une île déserte :

. Belle du seigneur - A. Cohen (1968)
. Cent ans de solitude - G. G. Marquez (1982)
. Le maître et Marguerite - M. Boulgakov
. Sa majesté des mouches - W. Golding (1954)

Les deux premiers parce qu'ils sont tellement bien écrit et beaux que ça va me nourrir un peu, le dernier parce que j'adore la littéraure jeunesse et que je ne l'ai pas encore lu.

Les 4x4 derniers mots d'un de mes livres préférés :

"Alors il sauta encore des lignes pour devancer les prophéties et chercher à connaître les dates et les circonstances de sa mort. Mais avant d'arriver au vers final, il avait déjà compris qu'il ne sortirait jamais de cette chambre, car il était dit que la cité des miroirs (ou des mirages) serait rasée par le vent et bannie de la mémoire des hommes à l'instant où Aureliano Babilonia achèverait de déchiffrer les parchemins, et que tout ce qui y était écrit demeurait depuis toujours et resterait à jamais irrépétible, car aux lignées condamnées à cent ans de solitude, il n'était pas donné sur terre de seconde chance."

8 commentaires:

  1. ah je suis bien contente de t'avoir fait passer le bébé! Tiens j'avais oublié que "Le petit Prince" avait aussi marqué mon enfance. Mais peut être parce qu'avant de l'avoir lu, je l'avais "entendu": raconté à l'époque par Gérard Philippe en cassette, au CM2, avec la tête posée sur les bras sur la table de l'école. Que c'était beau! Et j'ai toujours préféré la version "écoutée" que la version "lue".

    "Le choix de Sophie", je l'ai vu en film ,(avec la belle Meryl Srepp je crois) il m'a fait tellement souffrir que je n'ai pas le courage de le lire.
    Tout à fait d'accord avec toi pour Coehlo et D.Lodge, mais par contre, j'ai beaucoup aimé "Soie" de Baricco.
    Et j'ai adoré Kressman Taylor.

    RépondreSupprimer
  2. Pareil, je ne peux lire Le petit prince sans entendre Gérard Philippe "à mille milles de toute terre habitée..."
    Et le renard !!!
    J'adore cette version, et je l'offre à tous les enfants de mes proches.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup le style de Kressman Taylor que j'ai découvert en lisant "ainsi rêvent les femmes" et je garde un excellent souvenir du "Petit Prince".
    J'attends de savoir ce que tu vas en penser des "Cerfs-volants de Kaboul" qui fut, pour ma part, un de mes coups de coeur 2006 !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré "treize à la douzaine" que j'ai dû lire cinq ou six fois. Je suis entièrement d'accord pour Nothomb et Coelho mais j'aime bien David Lodge...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ta présentation et les photos d'écrivains, c'est très sympa.
    Que de souvenirs... le Petit Prince, moi aussi je suis une fan absolue et j'ai pleuré en écoutant Gérard Philippe en boucle... J'ai aimé "Bonjour Tristesse", mais j'ai de loin préféré "la Chartreuse de Parme" au "Rouge et le noir" (Julien Sorel m'exaspérait), j'ai commencé la série des Malaussène par la "fée Carabine" qui m'a enthousiasmée... j'ai été très marquée par "Le choix de Sophie", le livre. J'y repense souvent à vrai dire.
    Et enfin puis-je te dire que moi qui n'aime pas non plus David Lodge (je ne trouve pas ça hilarant non plus et ses histoire d'universitaires m'ennuient), j'ai ADORÉ "l'Auteur, l'auteur", qui est complètement à part dans sa bibliographie et raconte les difficultés d'Henry James et ses humiliations ? C'est un roman poignant, un hommage superbe à cet écrivain. Je ne voudrais pas faire mentir ton questionnaire mais si tu as un jour l'occasion de le lire... à mon avis il pourrait te plaire.
    Sinon, comme toi, je n'ai jamais accroché à Alessandro Baricco.

    Bonne journée May !

    RépondreSupprimer
  6. J'oubliais : je suis une inconditionnelle de John Irving, moi aussi :-)))
    Tu disais, Thom ?

    RépondreSupprimer