mai 04, 2007

Nos plus beaux souvenirs - S. O'nan


Nos plus beaux souvenirs
Auteur : Stewart O'nan
Parution : 10/2006
Traduction : Jean-François Ménard


Le résumé : un an après la mort du grand-père, une famille se réunit pour une semaine dans le cottage du lac Chautauqua. Emily, la veuve a décidé de vendre cette demeure familiale, et propose à chacun de choisir un souvenir à emporter.

La réunion familiale autour d'un nouvel ordre. L'absence du père. Les parcours de chacun des deux enfants, ambitions contrariés, mariage raté. Les relations de leurs enfants, leurs différences de caractères et le regard de leurs parents sur eux.
O'nan nous montre une semaine d'une famille lambda, qui n'échappe à aucune réalité du quotidien.
A cet égard, le titre français est un peu trompeur. Le titre original est à mon sens plus pertinent :"Wish you were here".
On se demande comment sont choisi les titres des VF, et surtout pourquoi les éditeurs ne se contentent pas parfois d'une bonne petite traduction littérale. Parce que là, le titre n'est pas vraiment en adéquation avec l'ambiance du livre. Oui, il est question de souvenirs, mais pas seulement, et ces souvenirs sont très largement aux prises avec la difficulté de vivre quotidienne de chacun des personnages, en lesquels Stewart O'nan nous fait entrer avec beaucoup de délicatesse.
Durant une partie du livre, je me suis un peu attendue à un revirement, à un coup de théâtre, mais c'est là qu'on se rend compte qu'il n'est pas question de retenir le lecteur à tous crins. Içi, pas de rebondissement, mais des personnages très justes, un récit touchant, et une évocation de l'atmosphère familiale des vacances qui vous rappellera très probablement à vos propres souvenirs.

A la lecture, j'ai eu l'impression de subir un brusque ralentissement. Comme si quelqu'un s'était mis debout sur la pédale du frein. Moi qui suis plutôt expéditive, j'ai dû faire un véritable effort d'adaptation pour me mettre au rythme du livre.
Plus de 600 pages pour décrire une semaine, même s'il y a six personnages, c'est long. Et cela donne des scènes assez étonnantes, où vous vous surprenez à lire la description d'un personnage mâchant un chewin-gum tout au long d'un paragraphe.
Je me suis vraiment demandé si j'allais continuer ma lecture, et puis une fois ce rythme adopté, je dois avouer qu'il est doux de se laisser glisser dans ce temps étiré, aux bords paisibles de ce lac. Un temps de vacances en quelque sorte.

5 commentaires:

  1. J'ai un gros faible pour Stewart O'Nan depuis "le nom des morts" et ce livre est dans ma PAL !
    En effet le titre américain est bien meilleur et moi non plus, je ne comprends pas pourquoi la traduction française s'en éloigne autant.
    sinon après ta lecture, je me tâte... mais j'ai quand même envie de le lire bientôt.
    Grosses bises, May, je t'écris bientôt !

    RépondreSupprimer
  2. Holà Gaëlle,
    Hé bien n'hésite pas ! Oui, ma critique doit laisser un sentiment tièdasse, mais la lecture est un vrai bon moment. Simplement le rythme est trop lent pour moi, ce qui ne te posera peut-être pas de problème.

    Et moi j'ai plein de questions à te poser sur l'écriture d'un roman ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Moi c'est "Des anges dans la neige" qui m'a fait pleurer mais j'avais moins aimé "Speed Queen"... J'ai bien envie d'essayer celui-là.

    RépondreSupprimer
  4. fashion victim, tu me donnes envie d'aller explorer l'univers d'O'Nan... ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, moi aussi j'ai beaucoup aimé "des anges dans la neige", tiens !
    Sinon May, pour les questions sur l'écriture d'un roman ce sera avec plaisir, j'espère que je saurai à peu près y répondre ;-)
    Mon ancienne adresse e-mail ayant fermé avec toutes mes adresses, peux-tu m'envoyer un petit mot à ma nouvelle adresse ? (gnohant1921@hotmail.fr) Comme ça je pourrai t'écrire :-)
    Bises.

    RépondreSupprimer